Dégustation du soir, Réunion

Savanna 2021 – La suite

Le moins que l’on puisse dire c’est que le dernier semestre a été agité du côté de Savanna. Il y a eu plusieurs « Unshared casks », une refonte de la gamme standard, une nouvelle référence dans cette gamme standard et enfin de nouveaux « Wild Island ». Si nous avons déjà parlé de deux de ces derniers dans un précédent article, nous allons nous pencher sur les autres références en question, sans oublier une petite surprise venue d’un embouteilleur indépendant.

1 – Le Must – 45 %

Je vous l’ai dit, Savanna a opéré une refonte complète de sa gamme standard. Exit le 3ans et le 7 ans, nouvelle identité visuelle pour le 5 ans et surtout ajout d’une nouvelle référence baptisée, en toute modestie, « Le Must ». D’un point de vue esthétique on remarquera le nouveau logo (oui le précédent n’était pas très vieux, je sais) mais surtout la présence d’une (jolie) boîte avec une belle photo, les références standard précédentes étant présentés (au mieux) en canister monochrome. Concentrons-nous maintenant sur l’étiquette, ou plutôt les informations qu’elle contient. La première mention est « Rhum traditionnel très vieux de la Réunion ». Pour rappel, le terme « traditionnel » n’a rien à voir avec la matière première mais à voir avec le taux de non-alcools (ou congénères) qui doit être supérieur à 225 g/hlap. Le « très vieux » se complète avec la description en contre-étiquette pour nous indiquer un contenu de minimum 6 ans et jusque 9 ans. Vient ensuite l’indication « vieilli en fût de chêne français » qui indique un vieillissement en fût classique (ex-Cognac donc) chez Savanna. Pour le reste on sait qu’il s’agit d’un assemblage de rhums de mélasses distillées en colonne, en l’occurrence du rhum industriel classique et du rhum Grand Arôme, qu’il est produit en quantité limitée (sous-entendu, par batch/série, nous sommes ici sur le premier batch) et qu’il est commercialisé aux alentours de 65€ en métropole.

Nouveau contenu, nouveau contenant, nouveau look

Nez

(notes de Thomas et Cédric Sip)

Le nez est très frais, le boisé y est présent mais tout en douceur, laissant la place à une gourmandise vanillée, sur fond de caramel et de sucre roux. Cette fraîcheur se traduit par un côté à la fois minéral et végétal. Les fruits sont présents avec du raisin blanc, de la pêche, de la cerise et des fruits secs.

Bouche

Très accessible en bouche, il débute par une sucrosité qui apporte de la douceur, surtout couplée à un alcool très intégré. La vanille est toujours bien présente, avec quelques notes de toffee pour le côté pâtissier. Le boisé est fin et le fruité (pêche, cerise) est léger pour un profil cohérent avec la sensation du nez. Quelques notes végétales et salines viennent compléter le tout, avec même une petite amertume dans la longueur. Celle-ci n’est d’ailleurs pas très longue, mais on sent la volonté de rendre ce rhum accessible.


2 – Unshared Cask Réunion 2021 – 58%

Passons ensuite au premier single cask de la journée. Il s’agit d’un nouveau venu dans la série « Unshared Cask » et il prend la relève du précédent embouteillé exclusivement pour la boutique de la distillerie. Nous sommes donc en présence d’un rhum de mélasse tout ce qu’il y a de plus classique chez Savanna. Celui-ci a vieilli un peu plus de 11 ans dans un ancien fût de Cognac avant d’être embouteillé (légèrement réduit) à 58%. Il est commercialisé sur place 84€.

Nez

(notes de Thomas et Cédric Sip)

Le profil est assez marqué par le bois et les notes empyreumatiques. Un mélange de boisé sec, de tabac brun, de cuir, de piment et de poivre rose. Les fruits sont presque exclusivement des fruits secs, avec de l’amande notamment, même si les notes végétales font ressortir une pointe de fruits jaunes légère. Le tout est complété par un caramel pâtissier, marqué d’une pointe de café.

Bouche

Le boisé qui était sec au nez devient humide, avec une amertume assez présente jusque dans la longueur. Pour le reste on a de l’olive qui apparait, accompagnée de caramel, de vanille, des fruits secs du nez (complétés par le raisin sec) et de quelques fruits compotés. La longueur est du même ordre, toujours avec ce boisé trop marqué à notre goût.


3 – Unshared Cask LMDW 2021 – 55,9%

On continue avec un autre « Unshared cask », qui lui aussi vient prendre la relève d’un premier opus: celui réservé à La Maison du Whisky, le groupe français qui distribuait (jusqu’il y a peu) Savanna en France. Ce fût a une fiche technique qui devrait vous rappeler un autre « Unshared cask », celui dédié au salon de Spa qui est sorti en début d’année. En effet, il s’agit ici aussi d’un assemblage de rhum « traditionnel » (rhum de mélasse classique, avec un TNA>225g/hlpa) et de HERR, le fameux ovni de la distillerie. Aucune information sur le ratio de l’un par rapport à l’autre mais on peut sans trop de risque s’avancer sur une part plus importante de HERR dans l’assemblage que pour la bouteille spadoise. L’ensemble a vieilli 6 ans en fût ex-Cognac dans le fameux « chai humide » de la distillerie. L’embouteillage, titrant à 55,8%, a été présenté lors du Whisky Live Paris 2021 et a été commercialisé au tarif (qui a dit prohibitif?) de 135€.

Nez

(notes de Cédric Sip)

Immédiatement ça saute aux yeux (enfin au nez), ça sent bon le HERR! Une bonne grosse poignée de fruits rouges, mêlés avec une touche de bonbon acidulé, qui nous rappelle cette bombe aromatique. Mais on sent aussi qu’on n’est pas sur un HERR classique, qu’il y a autre chose. Il est assagi et laisse bien plus s’exprimer ses arômes. Les fruits vont de la fraise mûre gourmande à l’orange sucrée, le tout saupoudré de vanille. C’est frais et archi-gourmand avec de la réglisse, un boisé très discret et une note de foin pour venir donner un coup de fouet. Vraiment un nez qui a tout pour me plaire!

Bouche

Comme au nez on sent bien l’influence du HERR. Il tapisse la bouche avec ce mélange de bonbon acidulé/arlequin, de fraise bien mûre, de vanille et de violette. Le boisé est de nouveau assez peu marqué pour encore plus de gourmandise, juste suffisamment pour insuffler du caractère dans ce rhum. L’alcool est très bien intégré et il fait exploser le rhum en bouche. La longueur voit l’olive venir s’ajouter aux arômes précités qui perdurent longtemps sur le palais. Un vrai coup de cœur!


4 – Wild Island « La Cascade » – 55,2%

On en termine en revenant à la série Wild Island. Celle-ci a déjà connu deux sorties en 2021, qui sont venues prendre la suite de la série des 4 bouteilles 2020. Nous voici donc avec la 3ème de la série, celle-ci illustrée par une magnifique photo de la Cascade Chaudron. Rayon rhum nous sommes de nouveau face à un rhum de mélasse « traditionnel », distillé en 2007 et ayant passé 13 ans en vieillissement en fût ex-Cognac avant une finition en fût ex-Porto. Il a lui aussi séjourné dans le fameux « chai humide ». Mis en bouteille après réduction à 55,2%, il devrait plaire à pas mal de monde puisque les finitions Porto sont assez prisées parmi les amateurs de Savanna.

Nez

(notes de Thomas et Cédric Sip)

Le profil est immédiatement assez gourmand, malgré un alcool perceptible, même si l’aération va vraiment accentuer la présence de la finition. Le boisé est riche, torréfié, marqué par un rancio aux notes de cuir, de tabac blond, de cire et de boîte à cigares. Côté fruits on a un cocktail de pruneaux, de raisin et de fruits secs, mêlés à la pomme, la pêche et l’abricot . Un caramel teinté de cannelle, de notes pâtissières et d’une pointe saline vient compléter la vue d’ensemble.

Bouche

Pas de surprise sur le palais, on est dans la continuité du nez. Le profil est lourd, avec un boisé plus présent. Celui-ci est toujours baigné dans un rancio vineux, donnant cet aspect « bois humide » marquant la fin de bouche d’une amertume certaine. Le pruneau est toujours accompagné de pêche dans une longueur qui marque de plus en plus la finition avec une certaine rondeur presque résineuse. Un rhum gourmand mais charpenté, qu’il faudra appréhender en connaissance de cause.


Conclusion

Voilà une quadruple dégustation Savanna qui nous aura emmené sur des terrains bien différents. Le Must répond complètement à son cahier des charges, à savoir être une porte d’entrée dans la gamme Savanna. Il est facile, accessible et fin. Les amateurs de single casks bruts de fût le trouveront plat mais ils ne sont clairement pas la cible. Rayon Unshared autant celui sélectionné pour la Réunion nous aura déçu par son manque de nuance dans le boisé, autant celui de LMDW m’a complètement conquis. Si son prix avait été un peu plus réaliste au regarde de son âge il aurait certainement été un de mes coups de cœur de l’année. Enfin le Wild Island a lui aussi répondu à son cahier des charges, avec un rhum profond et complexe, qu’il faudra apprendre à apprivoiser pour ne pas se laisser submerger par le boisé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.