Saison 3: 2018-2019, Soirées Amis des Amis du Rhum

S3 E3: Plongée dans l’Habitation Saint-Etienne

Couverture hse

Six semaines se sont écoulées depuis notre dernière réunion et notre exploration des rhums de Trinidad. Il est maintenant temps de revenir mettre les pieds sur la terre sainte du rhum agricole, à savoir la Martinique!

Préambule

Plus précisément nous allons passer la soirée du coté de Gros-Morne, dans la distillerie HSE. L’habitation, qui date du 19e siècle, est très active et sort énormément de nouveautés chaque année. Des blancs aux millésimes vieux, en passant par les finitions du monde et la gamme classique, sans oublier les embouteillages ponctuels comme celui réalisé en partenariat avec Alain Ducasse, la tâche de découverte est titanesque pour qui veut s’y plonger complètement.

Pour notre soirée il fallait, comme d’habitude, faire des choix. Impossible en effet d’aligner les 26 rhums repris sur le site officiel de la distillerie. J’ai donc tenté de faire une sélection représentative de la gamme tout en essayant d’avoir l’une ou l’autre pépite. A cet effet je dois d’ailleurs remercier Cyril Lawson pour son magnifique apport au line-up 😉

Comme d’habitude les notes de dégustation ci-dessous sont une compilation des retours de Cédric L, Michaël et moi-même.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le line up presque complet, ne manque que la cuvée de l’an 2016

1 – Cuvée de l’an 2016 – 50%

Nous démarrons avec les deux nouveaux blancs de la distillerie, et plus précisément ici avec cette cuvée de l’an 2016. Il vient se placer dans la lignée des cuvées 2000, 2007, 2010 et 2012. Il s’agit d’une sélection d’une partie de la récolte 2016, sélectionnée pour sa qualité, et qui a passé deux ans entre repos et brassage.

IMG_20181130_204129-01.jpeg

Nez

On est directement embarqués sur la canne fraîche. C’est très végétal avant d’être enrichi par les fruits: un peu de citron par-ci, un peu de fruits rouges (framboise) par-là. L’alcool est relativement présent et le profil est assez sec.

Bouche

En bouche en revanche on fonce directement sur les épices. Celles-ci sont très présentes, agrémentées d’une pointe de citron et de piment doux (piment d’Espelette). On y retrouve aussi de la muscade.

2 – Parcellaire #1 Canne d’or – 55%

Dans le même temps, nous avons dégusté ce nouveau venu dans la gamme HSE: le parcellaire. D’autres distilleries se sont déjà essayé au rhum parcellaire (Longueteau en précurseur, Neisson récemment aussi avec son 52.5 bio) mais pour HSE c’est une première. Nous sommes ici sur la récolte des parcelles Verger et Coulon, plantées en Canne d’or (R570). Il a lui aussi été reposé/brassé pendant 2 ans avant la mise en bouteille.

IMG_20181130_204112-01.jpeg

Nez

La canne est ici légèrement moins présente, laissant un peu plus de place au citron. Un côté herbacé fait aussi son apparition, avec une touche de foin notamment, ainsi qu’une touche de poivre et de levure. L’alcool est aussi présent et on sent les 5% supplémentaires.

Bouche

La bouche est ici bien plus fruitée avec des fruits exotiques et du cassis. On a aussi des touches végétales, une pointe minérale et le poivre du nez qui rendent au final la bouche à la fois gourmande et fraîche.

Conclusion

Au final l’équipe est partagée au moment de désigner un vainqueur. Michael préfère la cuvée de l’an 2016, Cédric L est partagé (nez de l’un, bouche de l’autre) et moi je préfère le parcellaire… Bref de quoi contenter tout le monde 😉

3 – VSOP – 45%

Un bon repas plus tard, il est temps de nous attaquer aux rhums vieillis. Et quelle meilleure entrée en matière que ce classique de chez HSE: le VSOP?! Cet assemblage, classique de chez classique dans toutes les distilleries, permet au débutant d’entrer dans le profil HSE .

IMG_20181130_213654-01.jpeg

Visuel

La couleur est ambre, limpide, brillante, attirante …excitante ?

Nez

Le nez est sur le fruit bien sucré,  même confit : de la pêche et de l’abricot. Passé cette attaque, on distingue pêle-mêle les fruits à coque, l’amande grillée, les épices, la boîte à cigares, le boisé et même un côté « feuilles mortes en hiver » pour Cédric L. Derrière tout ça il y a ce caramel au beurre bien gras et réconfortant en bouche.

Bouche

En bouche, on maintient le cap. Les marqueurs sont globalement les mêmes, ils sont chauds, agréables, doux et sucrés. Personnellement j’y retrouve quand même une amertume du boisé assez marquée, peut-être due aussi à la présence de goût de caramel/mélasse. Cédric L y retrouve un côté poivré en plus, ainsi que des notes de pamplemousse dans la finale.

Pour Michael c’est un vrai plaisir à déguster et un maître-achat, avec un rapport qualité/prix vraiment au top !

4 – Finition du monde: Château la Tour Blanche – Sauternes Finish 2003 – 41%

Direction maintenant une des spécialités de la distillerie: la gamme « Finitions du monde ». En pratique, les participants ont dû choisir 2 rhums parmi les 3 dont je vais vous parler. Commençons donc par cette finition « Sauternes ». Le rhum a passé 8 ans en fût de chêne avant de passer près d’un an en fût ayant contenu précédemment du Château La Tour Blanche, 1er cru classé en Sauternes.

IMG_20181130_220031-01.jpeg

Nez

Le nez est boisé avec des notes vanillées, le côté minéral du vin en plus. On note un peu l’acidité du raisin avant de voir émerger le massepain, subtil mais présent. L’alcool est bien intégré et c’est très doux. Sur la fin apparaît un petit côté « bonbon pêche ».

Bouche

La bouche est dans la même lignée, avec le boisé, la vanille et le « bonbon pêche » en attaque. Le minéral est là aussi. La fin de bouche est très marquante, on y ressent plutôt bien l’aspect vin blanc qui tapisse et englobe le palais. Le raisin est bien sucré et on retrouve vraiment cette sensation de raisin Sauternes en arrière-bouche, qui restera présente un certain temps. On y retrouve aussi quelques notes d’agrumes, pamplemousse en tête.

En résumé, ce 2003 est une merveille, un vrai coup de coeur général.

4bis – Finition du monde: Pedro Ximenez – Sherry Finish 2005 – 46%

Enchaînons avec ce Sherry finish, qui a passé 7 ans en fût de chêne classiquement, avant de passer 8 mois en fût ayant contenu du Sherry Pedro Ximenez.

IMG_20181130_214649-01.jpeg

Nez

Le nez de celui-ci est relativement discret. Il tire plutôt sur le profil vineux, sucré, avec des fruits confits, du raisin, de l’abricot et du pruneau. On a tendance à y retrouver le même genre de profil que dans le HSE Porto finish. Il y a du boisé aussi, ainsi qu’un côté « brioche grillée ».

Bouche

En bouche on retrouve un côté massepain, fruits rouges, fruits confits voire même pruneaux, dattes et coings. Une certaine amertume est présente, la même que sur le VSOP mais en plus discrète, ainsi que des épices relativement discrètes. C’est aussi relativement sucré en bouche, rendant la dégustation compliquée. La finale est un peu vineuse, sur le raisin et les notes toastées.

Cédric L le préfère au HSE Porto finish car un peu plus marqué par les notes toastées.

4ter – Finition du monde: Highland – Single Malt Finish 2005 – 44%

Enfin terminons ces finitions par ce Single malt finish: le rhum a passé 6 ans en fût de chêne, avant de terminer par plus d’un an en fût de whisky single malt des Highlands.

received_2186764411643063-01.jpeg

Nez

On retrouve le profil caractéristique des vieux HSE : du bois, un peu d’épices, des agrumes et des fruits à chair jaune. Le whisky vient se mettre doucement au-dessus, sans forcer, apportant ses notes de céréales torréfiées. J’y retrouve aussi des notes de vin.

Bouche

Une fois en bouche, l’équilibre entre whisky et rhum est agréable. Les notes de caramel, de bois et de fruits ne sont pas masquées par le finish qui ajoute une complexité intéressante, principalement en arrière-bouche. Un léger rancio est aussi présent.

La finale est tout en équilibre à nouveau et plus sèche que sur les autres rhums. Elle est marquée par les notes boisées et fruitées d’un côté et par le côté whisky – céréalées – café de l’autre.

L’amateur de whisky trouvera sans doute ce finish trop sage, mais pour celui qui comme nous n’est pas amateur, on est face à un finish « juste ce qu’il faut ». Celui qui veut vraiment retrouver les marqueurs se tournera sans doute plus vers le Islay finish qui est nettement plus marqué.

5 – XO Triple millésime Ducasse – 45%

Attaquons maintenant la star de la sélection: ce « petit » XO triple millésime, sélectionné par et pour Alain Ducasse, le grand restaurateur. Ce rhum est le résultat d’un assemblage de 3 millésimes, du 2008, du 2009 et du 2010. Aucune information sur la répartition de chaque millésime mais les bouteilles sont dédiées aux restaurants d’Alain Ducasse et n’ont été à la vente que lors de la soirée de présentation à la distillerie. Nous avons la chance de le déguster grâce à la générosité de Cyril Lawson qui nous l’a envoyée expressément pour cette soirée!

IMG_20181130_224442-01.jpegNez

De façon assez originale le nez présente un profil à la fois habituel et surprenant pour un rhum HSE. C’est à la fois gourmand, avec un cocktail de fruits mûrs, limite compotés (poire et raisin), de fruits exotiques, de la pêche et des fruits rouges, et plus classique HSE avec du boisé, du cacao, du cuir et du tabac, plutôt froid. Finalement apparaissent aussi des notes de frangipane. Bref, ça donne très envie!

Bouche

En bouche c’est au moins aussi gourmand qu’au nez. À la fois fruité et vineux « juste ce qu’il faut », c’est vraiment d’une belle homogénéité et d’une gourmandise rare. On retrouve les fruits compotés du nez avec des épices, de la vanille, du boisé, du poivre et une petite amertume, comme un chocolat 80% qu’on aurait croqué il y a 15 minutes. Une pointe de tabac, de café et de fruits à coque aussi et même des notes d’olive en fin de bouche.

La longueur en bouche est intéressante même si elle n’est que moyennement longue. On y retrouve des notes de cacao, de fruits cuits, de poivre, de caramel et de tabac de nouveau.

6 – Extra vieux 2003 Single Cask – 47,8%

Passons maintenant au haut de la gamme, c’est à dire les Single Casks. Nous allons commencer par ce 2003, rhum extra vieux, millésimé de 2003 et vieilli en fût de 400 litres. Il y a eu plusieurs embouteillages de ce rhum (plusieurs fûts différents). Nous avons dégusté l’embouteillage du 20 juillet 2016.

IMG_20181130_230312-01.jpeg

Nez

Au nez, c’est partagé: boisé avec un rancio léger, des épices et du fruit cuit pour certains,  floral (canne et  fleurs des champs), fruité (sur la nectarine relevée d’une pointe d’ananas et de raisin) et un peu minéral pour d’autres. Dans tous les cas le nez est moins exubérant, plus fin que celui des autres.

Bouche

On y retrouve le boisé/épicé typique HSE, avec aussi des pruneaux, du massepain et du fruit blanc. La bouche est fournie avec encore des fruits, du poivre, de la muscade et du caramel aussi. L’alcool est bien intégré et l’ensemble est agréable à déguster même si une légère amertume subsiste. Quelques notes de café et de cacao dans la finale, ainsi que de nouveau ces agrumes.

7 – Extra vieux 2007 Small Cask – 46%

Et nous terminons cette belle soirée par un autre extra vieux mais en assemblage celui-ci et issu de petits fûts de 55 litres. Le contact rhum/bois est donc beaucoup plus important. Ce rhum aussi a eu plusieurs embouteillages, nous avons dégusté celui du mois de juin 2015.

received_277535932955066-01.jpeg

Nez

De prime abord le nez est un peu agressif, lourd. On y retrouve du bois humide, du caramel, de la vanille, un peu d’épices et du massepain. Viennent aussi un lot de fruits avec un peu de pruneaux, de l’abricot et de fruits à chair jaune. L’alcool est plus présent que sur le reste de la gamme, y compris après une bonne aération.

Bouche

En bouche en revanche c’est beaucoup plus fruité: de l’abricot de nouveau, mais aussi du pruneau, de la pêche et une pointe d’olive. Vient ensuite un côté minéral, une note mentholée ainsi que le duo classique du jour boisé/caramel.

La finale est lourde: marquée par les arômes de torréfaction, limite brûlés. En accompagnement on retrouve du tabac, du café et une légère amertume qui subsiste en bouche.

Cédric L le trouve moins fin que le 2003 et il serait curieux de le comparer à son grand frère le Small Cask 2004.

Conclusion

Pour Michaël, c’était l’occasion d’avoir un plus large et agréable aperçu d’une maison qu’il affectionne et qui fait, depuis ses débuts, partie de sa modeste collection et de ses habitudes, avec ce VSOP notamment. La soirée a rencontré toutes ses attentes avec des produits qui valaient le déplacement et en apothéose cette pépite, voire même ce graal, qu’est cette bouteille de XO Ducasse… Il terminera en disant: « Waouw ! Merci pour ce beau cadeau ! »

Pour Cédric L, HSE est aussi loin d’être une inconnue puisque c’est la marque la plus présente dans sa collection, preuve s’il en fallait qu’il apprécie leur travail. Il apprécie ce côté boisé et bien que certaines cuvées soit assez peu abordable, le VSOP et les certains finish offrent un rapport qualité / plaisir / prix très intéressant.
Ses coups de coeur de la soirée sont clairement le XO Ducasse, le finish Sauternes 2003 et le Single Cask 2003 qui complète le podium. Enfin, il ne pourrait pas finir cet article consacré à HSE sans parler de deux rhums qui ont marqué son palais : le finish Marquis de Terme 2005 pour sa puissance et le Chantal Comté Bourbon finish pour sa complexité. Son conseil étant: « si vous avez l’occasion de mettre la main dessus, faites le » 🙂

Enfin personnellement, le profil boisé/épicé des rhums HSE me pose souvent problème lors des dégustations de cette marque. Je suis un grand amateur de rhums plus fruités comme peuvent l’être les Neisson ou les Depaz (pour rester en Martinique). C’est néanmoins avec plaisir que cette soirée m’a permis de parcourir une bonne partie de la gamme et de découvrir l’un ou l’autre rhum qui finalement pourraient me plaire. J’ai adoré le parcellaire qui rejoindra mon bar, c’est à peu près sûr. j’étais déjà un grand fan du Sauternes finish 2003 et enfin le XO Ducasse m’a vraiment séduit, justement par son coté plus « fruité » que le reste de la gamme.

Encore une bien belle soirée donc et vivement la prochaine, le 11 janvier, que nous partions à la découverte des rhums de Tahiti et des Fiji!

 

1 réflexion au sujet de “S3 E3: Plongée dans l’Habitation Saint-Etienne”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.