Saison 3: 2018-2019, Soirées Amis des Amis du Rhum

S3 E7: Worthy Park Estate

Et voilà, on y est. C’est déjà la dernière soirée de cette saison 3! Mais rassurez-vous, la saison 4 est déjà bien lancée et sera au moins aussi réussie 🙂

En attendant, nous nous dirigeons donc, pour cette « finale », vers les terres jamaïcaines de Saint-Catherine, et plus précisément vers les installations de la distillerie Worthy Park. Cette distillerie centenaire, puisqu’elle a été fondée en 1670 et travaille la canne depuis 1720, produit un rhum typiquement jamaïcain, chargé en esters et en arômes lourds. Le profil général est plus fruité que celui de la cousine Hampden, mais néanmoins il peut surprendre lorque l’on ne s’y attend pas.

Au cours de la soirée nous allons explorer les deux pans de la production Worthy Park: les embouteillages « maison » et les embouteillages indépendants. En effet, comme toutes les distilleries de l’île, Worthy Park exporte une grande part de son rhum qui, après un passage par les chais de vieillissement des brokers, termine dans nos verres embouteillés par une autre société. Nous allons donc pouvoir tenter de nous faire une image complète des profils de ces rhums aux parfums exotiques!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


Apéro

Pour entamer la soirée nous commençons par un cocktail pas franchement jamaïcain mais qui le devient par la force des choses: le Mojito. Mal aimé des professionnels car trop souvent vu et revu, le mojito servi ici l’a été selon ma façon personelle de le servir, c’est à dire sans rhum cubain (oui je sais, hérésie, tout ça) mais plutôt avec un rhum blanc agricole accompagné d’un RumBar Overproof de chez WorthyPark (quelle coïncidence?!). Celui-ci vient apporter au cocktail un côté funky qui selon moi lui manque en temps normal.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


1 – Rum Nation Jamaica White Pot Still – 57%

Pour découvrir correctement une distillerie, le meilleur moyen reste de goûter le rhum blanc qui en sort. Par d’artifices, pas de vieillissement, juste le métier du distillateur pour tirer le meilleur de la canne. Dans ce cas-ci on goûte ce que l’alambic à double retort « Forsyth » nous propose en sortie directe, avec tout de même une réduction à 57% et un repos. Mais pas de miracle, c’est brut et ça met tout le monde d’accord: on est bien en Jamaïque!

Nez

Effectivement, ça envoie du lourd dès le début ! Le nez est très aromatique, avec beaucoup de solvant. Il y a de la banane flambée, de l’ananas grillé, une pointe de citron et de la fraise tantôt fraîche, tantôt Tagada. On retrouve également des notes de réglisse et des épices fortes comme le curry ou le paprika. On termine sur une pointe de cacao.

Bouche

La bouche est cohérente avec le nez avec une attaque chaude dans laquelle l’alcool est présent. C’est plutôt fruité avec de l’ananas, de la fraise (comme au nez), du citron. Viennent ensuite des notes épicées et florales, pour finir sur un côté toasté mêlé aux fruits et au solvant.


2 – Bristol Worthy Park 8 ans – 43%

Après ce départ en fanfare et un bon repas pour remettre les palais à zéro, direction le flegme britannique pour cet embouteillage écossais. Nous sommes ici face à un rhum distillé en 2007 et ayant vieilli pendant 8 ans. Il a également été réduit à 43%, fournissant une belle porte d’entrée dans la distillerie (avec un prix abordable, trouvable à 57€ actuellement). Ce rhum a été servi en même temps que le suivant, afin de mettre en évidence l’influence du lieu de vieillissement sur le profil.

Nez

Le nez est directement séduisant de par sa douceur et son fruité. Il y a de la banane flambée bien gourmande et de la mangue qui sont accompagnées par du poivre rose et un boisé léger. Il y a aussi un net côté pâtissier avec tantôt de l’amande, tantôt de la  brioche et du chocolat. Evidemment, le côté vernis/solvant est toujours bien présent mais s’intègre très bien dans l’ensemble.

Bouche

La bouche est déroutante, surtout après un tel nez. On y retrouve peu de fruits, tout au plus la banane (flambée ou fraîche), qui sont ici masqués par les épices, l’empyreumatique (notes de fumée), du boisé, de l’amande et même des notes céréalières. Michaël y retrouve même un profil presque whisky. La finale est en revanche plutôt sur les notes pâtissières.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


3 – Worthy Park Estate Reserve – 46%

Nous poursuivons avec cet embouteillage qui a marqué l’arrivée de Worthy Park en tant qu’embouteilleur officiel. Cette bouteille fait en effet partie de la première vague sortie par la distillerie elle-même (si on excepte les RumBar et autres embouteillages plutôt orientés mixologie). Il s’agit ici d’un assemblage de rhums ayant vieilli entre 6 et 10 ans sur place en Jamaïque. Nous le comparons au Bristol juste au-dessus qui avec ses 8 ans de vieillissement continental représente un bel équivalent sur papier.

Nez

De prime abord la comparaison avec le Bristol est difficile au nez. Il est nettement moins expressif et un rien plus alcooleux: il demande de s’ouvrir un peu plus. Après ouverture on part des arômes plus agréables avec de la vanille, du cacao (presque pas torréfié) et des notes végétales fraîches. Les fruits sont là aussi même si un peu en retrait, avec des notes fruits exotiques et de pomme. Le pâtissier est présent même s’il est léger.

Bouche

La bouche est plus chaude en revanche. On est directement transporté vers les tropiques avec du cacao devenu chocolat, de la vanille, un peu d’amande et des fruits (exotiques et agrumes, cuits). Le boisé présent vient se joindre au profil pour donner un rhum presque gras en bouche, en tout cas gourmand. C’est plutôt l’amande et la vanille qui persistent au final sur le palais.


4 – Worthy Park Sherry finish 2013 – 57%

Passons maintenant à l’étage supérieur niveau titre alcoolique en franchissant la barre des 57% sous laquelle nous ne descendrons plus. Deuxième bouteille en embouteillage officiel de la distillerie, nous sommes dans ce qu’ils appellent la série #3 avec ce « vintage 2013 » Sherry Double Maturation. En résumé, 4 ans de vieillissement en ex-fût de Bourbon, avant de passer 1 an en ex-fût de Sherry. Voilà qui devrait donner un profil différent à ce Worthy Park et nous sortir des sentiers battus jamaïcains.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nez

Là on attaque quelque chose de très surprenant. Le nez annonce le tableau avec un profil  assez original. Le fruité est là avec des fruits secs et du raisin, mais masqué par un côté très grillé, fumé. Le solvant et la poudre à canon viennent compléter le profil pour obtenir quelque chose de pas du tout gourmand et très peu jamaïcain.

Bouche

En bouche, le résultat est assez proche. Des notes empyreumatiques très présentes et qui masquent un mélange de fruits, de réglisse et de boisé. Les fruits sont plutôt cuits avec notamment des fruits à chair blanche et des fruits rouges. On est clairement sorti de la Jamaïque et c’est étonnant à quel point la finition Sherry a masqué le profil pourtant certainement gourmand du rhum de départ.


5 – Rum Nation Rare cask Worthy Park 2006 – 58%

Après ce jamaïcain plus que surprenant, direction l’Italie pour un de ces embouteillages « Rare Cask » dont Rum Nation a le secret et qui généralement  leur réussit bien. Nous sommes ici face à un assemblage de 4 fûts, tous de 2006, et dépotés après 12 ans de vieillissement (8 en tropical, puis 4 en continental). Pas de finition ou autre indiquée, voilà qui devrait nous ramener vers un profil plus attendu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nez

Le nez de celui-ci est déjà bien plus typique « Jamaïque » avec pas mal de fruits mûrs comme de l’ananas, de la banane, de la mangue. Ceux-ci sont accompagnés par de la vanille, du boisé et un côté pâtissier (massepain, solvant/cire). Une pointe de tabac et de fumé viennent compléter le tableau, avant que le rhum ne s’ouvre même sur de la cerise confite.

Bouche

Sur le palais la salade de fruits est très gourmande. Celle-ci est aromatisée avec des notes de cacao et de caramel au beurre, mais aussi avec des épices et de l’amande. L’alcool est présent, nettement, mais superbement intégré. Une certaine rondeur persiste, toujours avec cette cerise confite et une note de fumé pour accompagner le boisé. Pour Michaël, le résultat est un rhum « hyper gourmand, frais, très agréable à boire, avec une explosion d’arômes successifs« . Les Cédric‘s sont moins unanimes mais ça reste bien fait.


6 – Habitation Velier Forsyths 2005 – 57.8%

Enchaînons maintenant avec ce rhum « que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître » comme dirait l’autre puisqu’il s’agit d’une bouteille sortie lors de la première vague d’embouteillage de la gamme Habitation Velier. 2005 étant l’année du redémarrage de la distillerie Worthy Park après des décennies d’arrêt forcé. Le contenu a passé 10 ans en fût avant embouteillage. Qui plus est, pas de mention « Worthy Park » en grand ici car la distillerie ne souhaitait pas que ce soit le cas. Deux embouteillages plus tard, la distillerie fera marche arrière et autorisera Velier à indiquer « Worthy Park » sur son embouteillage 2007 WPL. À noter également la belle illustration de l’alambic sur l’étiquette.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nez

Au nez ici pas de doutes, on est bien de retour sur un vrai profil « Worthy Park ». Deux mots pour le qualifier: banane et solvant! Ces deux là se taillent la part du lion mais laissent quand même un peu de place à un boisé doux et élégant, des notes d’agrume et de pêche et une touche d’amandes.

Bouche

En bouche c’est puissant. Voilà un rhum qui a besoin d’un peu de temps pour se calmer. Les fruits sont omniprésents: l’ananas et les agrumes se joignant à la banane devenue presque classique ce soir. Boisé et vanille sont bien entendus présents eux aussi, accompagnés du solvant habituel. La finale se joue plutôt sur le boisé et pâtissier.


7 – 1423 S.B.S Jamaica 2005 – 58.6%

Nous terminons ce line-up par une bouteille d’une gamme qui m’est chère: 1423 S.B.S. L’embouteilleur danois sort depuis quelques saisons des pépites, toujours en brut de fût, et toujours en « Single Barrel » (d’où les initiales Single Barrel Sélection). Nous dégustons de nouveau un Worthy Park 2005 mais de 12 ans cette fois et surtout issu d’un seul fût, là où le précédent était un assemblage de plusieurs fûts.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nez

Le nez se fait ici moins rond et plus marqué par la fraîcheur. Les fruits sont de la poire, de la pomme, des agrumes, de la cerise et de l’ananas mais celui qui manque de maturité avec un côté vert indéniable. Le solvant vient ensuite avec ses deux compères habituels du soir, le boisé et les amandes. Ce côté frais nous ferait presque penser à un « élevé-sous-bois » si le rhum n’avait pas 12 ans au compteur.

Bouche

Les fruits dominent aussi la bouche avec de la banane mûre, de l’ananas, de la mangue, du raisin et des notes de fruits rouges. L’amande apporte son côté pâtissier, accompagné de pointes de chocolat, de vanille, de boisé et d’un côté résineux. La finale reste sur le même profil avec des fruits et du boisé principalement. J’y retrouve un profil presque « Cognac » par moments dans la finale.


Conclusion

La soirée nous aura donc fait voyager à la fois sur pas mal de profils différents mais aussi en restant sur une ligne de marqueurs principaux plutôt constante. Le triptyque banane/solvant/amande revient dans à peu près chaque dégustation et aura permis à chacun de bien cerner le profil de la distillerie. Derrière ça chacun aura ses coups de coeurs et ses déceptions mais le but est atteint: faire découvrir la distillerie. La comparaison du début entre le Bristol et l’Estate Reserve aura été instructive et la majorité du groupe aurai voulu avoir le nez du Bristol et la bouche de l’Estate Reserve. En revanche, chose rare, le Worthy Park Sherry finish a fait la presque unanimité contre lui.

Pour Michaël, il y a des coups de coeur sur le RumBar et les deux Rum Nation. Son coup de coeur général pour la gamme Rare Cask se confirme, après l’Enmore, le Diamond et le Savanna Grand Arôme, il a trouvé ce Worthy Park tout aussi « génial dans son style » !

Cédric L lui trouve l’Habitation Velier « top » même s’il aurait aimé qu’il soit un petit peu plus réduit pour peut-être mieux pouvoir profiter de sa complexité. Le SBS et le Rum Nation Rare cask complètent le podium.

Voilà donc qui clôture en beauté cette troisième saison des Amis des Amis du Rhum. Il est maintenant temps de se tourner vers les vacances et le repos bien mérité qui va avec avant de nous lancer vers la quatrième saison pour encore plus de belles aventures!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.