Autres destinations, Dégustation du soir

Caroni Employee N°4 – le début de la fin

Caroni ! Cette distillerie légendaire, fermée depuis 2001, dont la société Velier a racheté une partie des fûts et que les amateurs/collectionneurs s’arrachent dès le jour de sortie. Voyant la fin de ses réserves arriver, Velier à décidé de sortir une série nommée Employee, en hommage à 14 des personnes ayant travaillé dans la mythique distillerie. Chaque ex-employé se voyant mis à l’honneur via un embouteillage à son nom. À l’image finalement de l’hommage rendu récemment à notre Roger national avec sa cuvée Caroni, même si lui n’a pas eu besoin d’aller sur place ^^

Si les 2 premières séries de 2 bouteilles chacune (comprendre 4 Employee en tout donc) sont sorties il y a déjà respectivement un et deux ans, la 3ème série (qui comportait 3 Employee cette fois) n’est sortie qu’il y a quelques petits mois. La tendance est donc à l’accélération, Velier ayant comme idée de terminer cette série en 2021 afin de passer à autre chose (comprenez quelques Single Casks).

Lors d’une masterclass organisée par La Maison du Whisky, avec Luca Gargano le patron de Velier, nous avons eu l’opportunité de tester ces 3 nouveaux Employee qui sortiront d’ici peu. Si vous voulez retrouver cette masterclass, c’est par ici que ça se passe.

Caroni 2000 Basdeo « Dicky » Ramsarran – 64,3%

Nous sommes donc face à un assemblage de 6 fûts, du millésime 2000, en l’honneur de Basdeo « Dicky » Ramsarran qui a travaillé 20 ans à la distillerie. Les fûts sont restés en vieillissement à Trinidad jusqu’en 2008. Ensuite, ils ont été déplacé au Guyana chez DDL jusqu’en octobre 2019, date à laquelle ils ont été transférés en cuve à Cognac afin de stopper leur vieillissement pour finalement entre embouteillés en 2020.

Nez

Directement ce sont les hydrocarbures propres à cette distillerie qui apparaissent. Ensuite une bonne dose de cacao, des fruits très mûrs (mangue et figue) et un beau coté floral (jasmin). Il est assez rond et ample.

Bouche

Passé les première notes classiques d’hydrocarbure, c’est le cacao toujours bien présent qui apparait avec une petite amertume. Vient ensuite le coté végétal/médicinal avec de l’eucalyptus et du camphre. Les fruits (la banane et toujours la figue) sont également présents. Les épices, avec de la girofle, complètent l’ensemble. Il est agréable et assez doux pour un Caroni.


Caroni 1998 Dayanand « Yunkoo » Balloon – 68,3%

Cet assemblage de 6 fûts est dédié à Dayanand « Yunkoo » Balloon qui a travaillé à la distillerie pendant 10 ans. Le rhum a bénéficié du même vieillissement que sont prédécesseur ( Trinidad + Guyana + Cognac).

Nez

Cette seconde référence est bien plus puissante, riche et concentrée. C’est un produit qu’il vaut mieux laisser s’ouvrir un moment avant de déguster. Passé le coté « goudron » du Caroni, on y retrouve des fruits à coque (noisette), de l’orange et un boisé délicat, légèrement caramélisé. L’équilibre et l’intensité semblent être au rendez-vous avec ce nez prometteur.

Bouche

Plus boisé et structuré que le précèdent, il est aussi plus riche avec également un certaine fraîcheur en bouche. Cette fois ce sont les fruits compotés qui se présentent à nous, ainsi qu’un peu de fruits rouges (cerise, framboise). L’équilibre du boisé est bien fait et un côté gourmand s’en dégage. La finale est plus longue également, de quoi l’avoir en bouche quelques heures.


Caroni 1998 Balas « Brigade » Bhaggan – 68,4%

Nous sommes toujours face à un assemblage de 6 fûts, cette fois-ci dédié à Balas « Brigade » Bhaggan, qui a travaillé à la distillerie pendant 14 ans. Les conditions de vieillissement sont identiques aux 2 précédents.

Nez

Ici ce sont les agrumes qui apparaissent directement au premier nez. On y retrouve plus en détail du chocolat, de l’orange amère voire du pamplemousse. Le profil est plus boisé avec une bonne dose d’épices également (piment, girofle).

Bouche

L’alcool est plus présent, moins bien intégré que dans le précédent. Après une brève note florale, c’est le tabac et les tanins qui se font sentir. Le boisé sec, voire brulé, prend plus de place. Les notes d’hydrocarbures sont plutôt légères. Il demande plus d’aération que les deux précédents.


Conclusion

Nous voilà une fois de plus avec 3 Caroni de bonne facture. Personnellement, ma préférence va au Yunkoo pour son coté bien équilibré et structuré, ainsi qu’au Dicky pour ses notes chocolatées (je ne suis pas belge pour rien). Il ne reste plus qu’à espérer pouvoir les dénicher au prix de sortie (entre 385€ et 395€), ce qui est loin d’être gagné ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.