Dégustation du soir, Martinique

La Mauny Très vieille cuvée

Après quelques dégustations de ce breuvage je prends le temps d’écrire un retour à son sujet afin de l’analyser un peu plus finement et de le partager avec vous. J’ai reçu cette bouteille cet été à l’occasion de mon anniversaire. Un ami me l’a ramenée d’un voyage (dans la région de Bordeaux) pendant lequel il l’a trouvée chez un caviste, prenant tranquillement la poussière sur le dessus d’une étagère…

Il s’agit là d’un ancien embouteillage, de la fin des années 1990, de la distillerie martiniquaise. D’après les informations (peu nombreuses) à son sujet, il est simplement possible de dire qu’il a vieilli 10 ans en fûts de chêne. Il aurait également remporté une médaille d’or au Concours Mondial Bruxelles 2006, mais sans certitude car je ne parviens pas à recouper cette information, ni à retrouver le palmarès de cette année-là. Il s’agit bien entendu d’un rhum agricole dans toute sa splendeur, avec un titre alcoolique de 40% et arborant fièrement les marques de l’AOC Martinique.

Lors de son service dans le verre, on découvre une belle couleur ambrée, ainsi que quelques arômes qui viennent directement chatouiller les narines.

Nez

Le nez est fin et délicat en commençant par un côté floral qui, tel un miel, est assez présent. Viennent ensuite des arômes de fruits confits, me faisant penser à des pruneaux ou des raisins secs. Le verre mérite d’ailleurs d’être tenu quelques instants en main afin de libérer ses parfums au maximum, et notamment des notes boisés ainsi qu’une touche de tabac. Une fois le verre vidé et quasi sec, les arômes de pruneaux sont forts marqués, ainsi qu’un petit côté encens qui se cache derrière. En reprenant le verre complètement sec pour faire la vaisselle (faut bien que ça se fasse…) j’y retrouve surtout le côté tabac. J’y prêterai plus attention à l’avenir, pour voir si une telle évolution est perceptible à chaque fois.

Bouche

La bouche est tout aussi fine et délicate que le nez. Le côté boisé ressort tout de suite, avant de laisser place à une palette fruitée et quelques notes sucrées (entre le caramel et le miel que j’avais pu retrouver au nez), mais sans réelle surprise. La finale reste boisée, avec un petit côté floral sur la longueur. L’alcool y est relativement bien intégré, même si j’ai déjà connu des rhums titrant à 40%, plus doux de ce point de vue là.

Conclusion

Un rhum agricole bien fait, qui « passe bien ». J’ai d’ailleurs eu l’occasion de le déguster avec l’ami qui me l’avait offert, novice en rhum, qui a su l’apprécier également. Ce nectar est bien fait, agréable à boire, sans grande complexité ni surprises au niveau des arômes. Il est un bel ambassadeur des rhums de Martinique! Dommage qu’il ne se trouve plus de nos jours, ou alors en cherchant bien sur le marché secondaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.