Dégustation du soir, Martinique

Trois Rivières – Cuvée Bèlè

Introduction (par Cédric Sip)

Après l’article « cross-over » avec Roger récemment, voilà que nous accueillons un autre nouveau rédacteur. Cette fois-ci c’est plus qu’un « one shot » puisque François rejoint l’équipe pour de bon. François a débuté le rhum il y a 2 ans et est un participant assidu de nos soirées dégustation. L’envie de partager avec vous son ressenti sur ce qu’il déguste a été plus fort et il a choisi comme premier article cette Cuvée Bélé. Il est donc temps de lui laisser la place avec un « Bienvenue François! »

Présentation

Petit retour sur un rhum acheté à Noël 2018 : le Trois Rivières Cuvée Bèlè

J’étais alors au début de ma route du rhum, plutôt occupé par des « rons »sucrés pas très complexes et venais seulement de découvrir une sensation nouvelle… celle des arômes qui restent en bouche et qu’il faut apprendre à chercher dans un labyrinthe de saveurs.  Sur le moment même, je ne réalise pas bien la bouteille que je viens d’acheter et le plaisir gustatif que je pourrai en retirer. Nous voici donc, une grosse année plus tard, avec cette bouteille dans mon bar. 

Ce rhum est embouteillé pour la Société Corman Collins, qui a collaboré avec la distillerie Trois Rivières, la marque au moulin, implantée en Martinique. C’est un rhum agricole millésimé de 2005, élevé dans un unique fût sélectionné par Hubert Corman (le 22-4, un ex-cognac pour être précis). Il a été mis en fût le 30 juin 2005 et a été embouteillé le 31 août 2018 à 52% soit 13 années révolues au compteur.

Dégustation

Couleur

Sa robe est ambrée et assez sombre, avec les fines gouttelettes qui dégoulinent le long des parois du verre.

Nez

Rien que le temps de prendre quelques photos pour cet article, alors que la bouteille était ouverte, les arômes venaient déjà chatouiller mes narines. Les premiers arômes identifiés sont boisés, épicés et sucrés.  J’y retrouve tour à tour des notes de muscade et de poivre. À l’aération j’y retrouve une touche florale qui me fait penser à un miel.

Bouche

La première impression est conforme à ce que le nez m’avait laissé entrevoir : du bois et quelques épices. Je sens directement l’alcool me tapisser le palais et le profil gustatif est clairement celui d’un rhum agricole. Les épices restent en bouche de longs instants, surtout le côté poivré.. J’en garde une longueur en bouche assez complexe : toujours assez boisée et florale, mais très gourmande.

Conclusion

Un beau rhum agricole bien fait, dans la lignée d’autres single cask de chez Trois Rivières. Il mérite d’être laissé un peu de côté pour aérer et développer toute sa palette aromatique. L’alcool y est bien intégré et ravira les amateurs avec un palais déjà un peu plus « habitué ». Il peut encore être trouvé assez facilement dans les 130€, ce qui est une bonne nouvelle pour un rhum embouteillé à 490 bouteilles !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.