Autres destinations, Dégustation du soir

Rivers Antoine

Oui j’ai craqué ! J’ai craqué pour deux samples de ce rhum si prisé de la Grenade : Rivers Antoine, en version 69 et 75 %. Quelques bouteilles sont sorties sur les sites de vente et certaines ont généreusement été splitées, merci donc à ces « QDD » pour l’initiative.

La première question est évidemment: est ce que c’est bon ? Avant d’y répondre je vous fais un bref résumé de ce que Cyril DuRhum nous a écrit ici.

rhum-river-antoine
Crédit photo : Tripadvisor

 

La canne est coupée à la main puis acheminée à la distillerie. Une fois arrivée, elle est broyée dans un moulin actionné par une grande roue à aube. La roue étant bien évidemment mise en mouvement par la fameuse « Rivers Antoine ».

Le jus de canne frais est d’abord concentré dans une salle de chauffe avant de passer à la fermentation, sans ajout de levure externe. Le vin de canne qui en résulte est ensuite distillé dans un des deux pot-still John Dore à double retors.

Voilà pour le contexte, place maintenant à la dégustation!

Visuel

Dans le verre les deux rhums sont cristallins, c’est gras. Les larmes sont fines et lentes aussi bien sur l’un que sur l’autre.

Nez

Le 69% nous offre un profil très végétal, sur la canne fraîche, la réglisse et un peu de poivre. Il y a aussi des notes fumées et sauvages, voir animales.

Le 75 % est étonnamment plus doux. Il nous offre des notes de canne fraîche et de citron. Il a aussi un côté minéral que je ne retrouve pas dans le 69%. En revanche sont présentes, mais de manière moins exacerbée, les notes fumées et sauvages du premier.

Bouche

Le premier envoie déjà du lourd ! Il y a d’abord la canne fraîche suivie par des notes de sucre cuit, de fraise et de foin. Mais il y a aussi un côté caoutchouc / fumé qui me plaît moins.
La finale est d’abord minérale, puis le caoutchouc « brûlé » revient pour un long moment. La longueur en bouche est impressionnante.

016

Je l’ai aussi testé en Ti-Punch. C’est plus agréable car cela casse un peu les notes de caoutchouc « brûlé ».

Pour le deuxième, on sent que les 75% sont là mais sans que cela ne soit agressif et c’est réellement impressionnant. On retrouve les notes de sucre cuit et de foin que nous avions sur le 69%. Par contre ici la canne se fait plus discrète laissant la place à des notes citronnées.
La finale est aussi d’une longueur incroyable. Moins minérale que le premier avec toujours ces notes de canne et de citron.
Ici en revanche pas de trace des notes de caoutchouc, ce qui le rend plus agréable à mon palais.

Conclusion

Oui c’est bon. Est-ce que j’ai pris une claque pour autant ? Non.
Bien entendu les deux sont ultra bien faits: le premier me fait penser aux Clairins par son côté sauvage et fumé tandis que le 75%, lui, me fait penser à l’Esprit Bio de Neisson avec ses notes de canne et de citron.
Des deux c’est donc la version 75% que j’ai préférée.

Photo de tête par The Caribbean Journal

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.